Un Earthship et sa serre aquaponique au Québec [VISITE]


Bonjour on est ici avec Benoît et Isabelle
qui ont construit une maison vraiment exceptionnelle, une maison earthship, une
maison très résiliente qui a pleins de systèmes pour l’autonomie pour vraiment
créer une indépendance, une sécurité pour eux et pour leur famille, c’est un
projet tellement inspirant puis que, je trouve qui a été réalisé vraiment avec
brio, qu’on s’est déplacé jusque chez eux en Mauricie pour venir les voir; alors
j’étais un peu curieux juste pour vous donner une idée que c’est des
autoconstructeurs puis c’est pas des gens de métier de construction alors je me
demande, vous dans la vie, qu’est-ce que vous faites puis pourquoi vous avez
décidé de vous construire mais en premier, qu’est-ce que vous faites au quotidien?
-Mais tout d’abord bonjour Frédéric, bienvenue chez nous, c’est gentil d’être venu
alors pour ma part, moi je suis éducatrice au centre de la petite enfance
de formation mais là présentement je suis maman à la maison, pour entre autre
s’occuper de la maison ici, c’est mon métier!
-Moi je suis technicien en électronique donc j’ai une formation en
télécommunication puis en électronique industriel, pas des choses qui
ont rapport avec la construction non plus -Ouais mais on va voir tantôt un
peu ton système électronique qui est quand même bien poussé puis on voit que t’as
cette réflexion-là mais c’est beaucoup d’autres détails une maison quand même.
-C’est sûr -Alors je me demandais pourquoi vous avez décidé de vous auto-construire en
premier, mais peut-être avant même cette question-là pourquoi vous ai décidé de
faire une maison résiliente, une maison inspiré de type earthship?
-Moi personnellement j’ai toujours eu l’intérêt, la vocation, le recyclage,
l’environnement, toutes ces choses-là c’est important, super important. Écologie,
“éco” veut dire “maison” et “logie” veut dire “logique” donc quand on parle d’écologie on parle aussi de maisons, d’environnement parce
qu’on habite dans notre environnement mais on parle aussi de maisons qui nous
abritent donc quand on parle d’écologie on parle aussi de maisons donc c’est
intéressant de rendre la maison logique avec son environnement. C’est pour faire un lien mais qu’est-ce qui nous a motivé bien c’est carrément donner un
héritage à nos enfants comme une citation qui me revient souvent, je sais même pas de qui c’est, mais ça dit “la terre ne nous appartient pas, nous
l’empruntons à nos enfants” donc on a la responsabilité nous en tant
qu’adulte dans la génération où on est présentement de faire des choix qui vont
donner un meilleur monde ou le meilleur qu’on peut à nos enfants
donc ça faisait partie de ces motivations-là en même temps que c’est
tellement, c’est tellement agréable. …On aime vraiment ça, évidemment. Toute la maison a été pensé comme ça vous allez voir dans la visite, on a l’aqueduc … -Ouais pourquoi le earthship… Et bien, on trouvait que revaloriser la matière …réutiliser c’est plus
efficace, plus environnemental que de re-transformer la matière en autre chose
bon ça c’est une partie mais toute la partie chantier collaboratif me
plaisait beaucoup, il y a beaucoup de gens qui sont venu nous aider à construire;
je peux pas me vanter ici de dire j’ai tout construit moi-même, c’est moi
qui a tout fait, non j’ai tellement de gens qui sont venu m’appuyer là-dedans.
-Il y a quelque chose de très spécial avec votre quartier qui je pense qui vaut la peine d’être mentionné; dans la plupart des quartiers au Québec, il y a un règlement qui dit la façade du bâtiment
doit être face à la rue puis je pense que c’est l’une des choses qui peut avoir le plus gros
impact puis c’est une phrase dans la loi, puis qu’est-ce qu’elle dit cette loi-là, cette
règle municipale-là dans votre quartier? -Bien nous autre elle dit qu’on est obligé
d’être solaire passif, on est obligé d’être enligné avec le sud, ça l’air.
-Donc dans ce quartier-ci, t’as pas le droit de mettre ta façade à la rue, faut que tu mettes ta façade au sud. Ça c’est fou l’économie d’énergie, le côté écologique, l’impact que ça a, -Selon moi c’est
bien personnel là, mais toutes les villes devraient revoir leurs règlements
d’urbanisme pour si c’est pas obligé au moins encourager fortement d’avoir une
façade vitrée côté sud -Alors c’est vraiment un projet que vous avez fait en auto-construction, c’est vraiment vous-mêmes qui l’avez fait, vous l’avez tout planifié de A à Z et
vous l’avez réalisé puis on peut le voir, c’est une magnifique maison; toute cette
planification-là au travers de quelles étapes vous avez été, pour pouvoir
réaliser avec brio votre projet comme ça? -Beaucoup de recherches, rechercher, faire
des ateliers pratiques à des endroits où j’étais capable d’en faire pour mettre un peu la
main à la pâte pour comprendre qu’est-ce qu’on fait, de sentir, quand on est
cérébral, on arrive à voir les choses, à visualiser mais il arrive un moment où on a
besoin de le faire. On a besoin de se mettre les mains dedans, puis dire hey, c’est pas si compliqué que ça, de se mettre en confiance, aussi. Mais ça se fait vraiment étape par étape, petit morceau par petit morceau. Il faut planifier une construction, ça l’air facile
à dire, mais c’est pas si facile à faire, il faut se planifier, il arrive toujours des imprévus,
même chez les meilleurs entrepreneurs -Alors c’est vraiment ça, c’est le modèle que
vous avez construit est-ce que vous pensez que c’est le modèle idéal?
-Pour nous, oui! -Le modèle idéal d’une maison, c’est celui qui répond aux besoins de ceux qui y habitent,
j’en suis convaincu, c’est quelque chose qu’il faut se rendre compte qu’on a des
besoins fondamentaux et quand la maison va chercher plus que juste l’habitat il
va chercher la qualité vie de l’air, du soleil, de l’alimentation, de la résilience
d’énergie on vient compléter vraiment ce qu’une habitation est supposée faire. On le
voit vraiment juste comme un endroit où ce que je vais dormir puis faire la cuisine
mais c’est beaucoup plus que ça donc je pense pas qu’il existe une maison idéale
mais il existe une maison idéale pour chaque famille.
-Pour la concevoir selon ses besoins -Exact. C’est pour ça que je dis qu’ici pour nous,
oui, c’est la maison idéale. -C’est ça. Alors nous ce qu’on a fait
en fait c’est d’inspirer les gens peut-être s’inspirer de ce qu’on a fait mais au
moins d’essayer de les inspirer eux-mêmes à passer à l’action dans leur sphère.
-Alors je vous invite vraiment à continuer le périple avec nous dans cette visite avec Benoît
qui va être très présent pour nous présenter tout son système, alors à bientôt! Bonjour et bienvenue à la visite de Benoît Deschamps dans sa maison earthship,
très résiliente mais vraiment résiliente, un pas vers l’autonomie mais encore
branché sur le système puis tous les systèmes entre les deux
pour créer la résilience. Alors c’est vraiment vraiment
intéressant merci Benoît de nous recevoir chez toi
-Bienvenue! -Alors ici tu as tes panneaux solaires,
t’as pas beaucoup de panneaux solaires pour quelqu’un qui est autonome …à tout le luxe qu’on veut mais si on perd cette
source d’électricité-là de service public… …alors là quelque chose qu’on a très bien pu remarquer de loin c’est que les
fenêtres de ton bâtiment sont à angle. Ça c’est pour favoriser la culture
-Oui, des plantes à l’intérieur …c’est pour
éviter les infiltrations. Ça ce modèle de fenêtres-là est fait exprès pour les
applications en pente. Exactement. Donc ici,
ce qu’on peut voir c’est comme la structure du mur, c’est ça sur quoi les moulures sont vissées et ce morceau de bois-là ici qui est marqué
“thermos” ça remplace la fenêtre. Donc on peut voir que c’est comme
l’équivalent de ça ici ça c’est intérieur, la moulure est là c’est ce
qu’on voit et ça c’est la fenêtre -Ça c’est fait pour gérer de l’eau qui
arrive à angle -Exactement. -C’est vraiment intéressant j’ai le goût qu’on fasse
un petit pub pour la compagnie qu’on glisse leur nom parce que c’est les seuls qui offrent…
-C’est les seuls qui font ça -Ouais, c’est comment qu’ils s’appellent?
-Abundant energy -Abundant energy, on va les trouver sur internet c’est une compagnie des États-Unis?
-Oui, de New York. …tandis que eux ils re-garantissent… -Tu pourrais même faire une application complètement à la verticale -Wow. En tout cas, pour ceux qui veulent mettre
des fenêtres à angle, en va vous donner un petit Q, dans les cours on donne beaucoup plus
d’infos puis tout, sinon va falloir continuer pour aller vers les
systèmes plus complexes à l’intérieur qu’on est vraiment excité de vous montrer; alors
on s’en va à l’intérieur? -Yes, allons-y! Alors là, la maison earthship c’est comme t’as fait c’est appelé la maison de “Pneus Mauricie”, c’est littéralement la fondation puis les murs sont
faites en pneus puis là ici c’est le mur, ils appellent ça la fenêtre de la vérité, des
fois avec les maisons en paille, donc là on peut voir le mur; alors tu vas m’expliquer un peu comment s’est construit? -Bien évidemment on a les murs de pneus, tiens regarde, on va l’enlever… Alors carrément c’est des pneus, qu’on a pris qu’on a rempli de sable; là
ils sont posés à l’horizontal comme des briques
puis dans le fond de ça, il y en a des gens qui mettent du carton, du carton ciré pour
empêcher que le sable passe à travers, nous on a pris des pancartes électorales
ou ce qu’on appelle du coroplaste, c’est des petites pancartes en plastique
donc on a taillé ça avec un couteau on a mis ça dans le fond, là on a rempli ça de
sable, là c’est rempli à la main et tapé à la masse si vous regardez des vidéos sur les
earthships vous allez en voir beaucoup les gens sur comment ils font.
Et chaque pneu devient une brique, carrément une grosse brique de 300 livres environ; tout ce qui est
fondation, tout le poids de la maison va reposer sur ces murs-là et
il y en a une ou deux rangées qui sont sous la dalle qu’on voit pas et ça monte
jusque vous voyez, le reste est un mur de bois donc évidemment
ce que vous voyez c’est comme le brut, c’est comme le rough c’est ce
qui marque la structure du mur mais ici on peu voir ici que c’est la finition
donc ça nous donne une idée de l’épaisseur de matière de finition qu’on doit
ajouter sur un mur, ce qui est assez impressionnant
et ici on a une matière, c’est un béton léger en fait c’est de la daube ou on va dire
du cob c’est du sable, de l’argile et de la paille puis…
-C’est naturel -Oui c’est ça c’est naturel, on met de l’eau, on mélange ça, ça fait une bouette, ça fait une boue et on applique ça sur les murs et quand ça sèche, ça devient dur et ça a des
propriétés très intéressantes, ça aide à réguler l’humidité dans la maison;
quand la maison est trop humide les murs vont absorber l’humidité, donc on va voir une
baisse de l’humidité relative dans la pièce et si c’est trop sec comme souvent
ça arrive l’hiver, le mur va nous redonner une certaine part d’humidité
-Parfait, et c’est quoi les traces ici? -Ouais, les petites traces de doigts c’était en prévision
d’une autre couche donc c’est pour permettre à
la couche qu’on met par dessus de pouvoir s’agripper sur la couche de
fond si on fait une couche très très lisse, et qu’on vient pour appliquer une
autre couche ça va tomber Ce que j’aime vraiment beaucoup
Benoît du set up des pneus comme ça, c’est que t’as un pneu qui est un matériel
post-industriel genre qu’on peut pas dans notre espace de vie mais quand même
qu’on se sert toujours pour se déplacer avec notre auto puis on le met à un endroit où
est-ce qu’on n’est jamais en contact avec puis ce qu’on est en contact avec ces
le béton léger en fait qui est un matériau ultra naturel qui est juste genre
qu’est ce que je dis; argile, paille, sable, eau alors toi t’es en contact avec la
matière naturelle mais t’as recyclé de façon très intelligente une matière qu’on ne
sait pas quoi faire avec, les pneus, mais sans être en contact avec, alors je trouve que
c’est une belle façon de recycler quelque chose d’ industriel, mais de
vivre dans une maison saine -Ça été prouvé dans les études que ce qui
est nocif c’est le pneu qui a été exposé à l’air,
au soleil, ou à l’eau il va causer des micro particules noires de carbone et tout ça,
ça peut causer des dermatites ces choses-là donc c’est important de
le cacher, le mettre derrière un crépi, quelque chose donc de pas le laisser
simplement à l’air. Et là, par-dessus, ça, ce béton léger-là qui est quand même
assez friable si on gratte, on va mettre un enduit à la chaux qui va faire une meilleure finition plus douce et aussi plus
esthétique. Donc ici on est dans le salon, et on a un élément très
important central à la maison, le foyer. Puis tu me disait ton foyer par exemple que
tu t’en sers pas beaucoup… -Je m’en sert pas tant que ça, je vais brûler 1 corde à 2 cordes par hiver. -Wow! Puis ça c’est à cause de tout le reste de la performance de la maison, comme qu’on a vu à l’extérieur, la maison en terrier, les pneus, la grosse isolation…
-Le solaire passif, la masse thermique, tout ça. -Ouais mais quand même, c’est un élément
très intéressant puis c’est un élément de résilience quand même, vraiment
intéressant pour le chauffage d’appoint Alors Benoît ce que j’aime c’est que tu
as vraiment fait un classique des earthships, c’est-à-dire le mur de bouteilles, pourquoi
tu as fait ça? -C’était vraiment pour l’esthétique, puis ça
fait une petite masse thermique, c’est beau, quand le soleil
entre en hiver qu’il est vraiment bas ça nous fait un bel
effet vitrail à l’intérieur et aussi quand il y a quelqu’un dans la salle de bain
le soir et que c’est noir ici, on voit aussi l’effet vitrail qui est super beau; côté
motifs… -Je vais peut-être juste défendre ton mur en premier, de ce côté-ci il n’est pas fini… -Bien moi ici j’ai utilisé du cimosable, c’était pour que ça sèche plus
rapidement parce que j’ai fais ça genre une semaine avant d’emménager, donc il fallait que je fasse ça rapidement mais en gros on peux utiliser un dépôt, des
bouteilles, on les coupe, il y a différentes techniques pour couper les bouteilles
-Donc c’est 2 clos de bouteilles -Exact, c’est 2 fonds de bouteilles qu’on assemble
ensemble qu’on doit bien laver, on les assèche, on les enrubanne pour les
sceller, on a fait une brique qu’on dépose sur le mur et là le défi
c’est de tenir ça à niveau quand on monte le mur, c’est de garder ça bien droit
et au début on a appris un peu, le mur n’était pas tout à fait à niveau,
les autres sont mieux, et on a utilisé quelque chose qui va rapidement donc le ciment de
sable mais on pourrait aussi bien faire avec de la dob ou du cob.
-Parfait, après ça on vient finir ça… Good, bien merci!
-On continue? -Ouais! Il y a pas tant de choses à dire que
ça sur la chambre en tant que tel parce que c’est l’endroit où ce qu’on dort, mais c’est
un bel endroit c’est une grande pièce en fait puis on voit très bien le mur de
pneus puis il y a des détails pour les
connaisseurs d’earthships qui sont très intéressants à savoir.
-Oui comme par exemple ici le mur est vertical comparé à un earthship traditionnel où
on va le voir comme un mur de soutènement qui va être penché pour
contrer la force de la terre ici on l’a fait vertical; ça a eu plusieurs
avantages, entre autres de pouvoir travailler sur l’étanchéité du mur en
arrière donc au fur et à mesure qu’on monte le mur on n’était pas obligé de venir rembleiller donc on était capable de faire une belle membrane d’étanchéité, pour
étancher comme il faut, parce que le défi ici au Québec c’est l’eau
contrairement au Nouveau-Mexique où eux ils veulent ramasser la moindre goutte
d’eau, nous ici on en a trop. On veut l’éloigner on veut la drainer.
On veut pas qu’elle rentre dans notre maison. -Parfait ça, vraiment bien pensé! Puis là il nous reste
la dernière pièce à voir qui est comme la pièce maîtresse, c’est la serre.
-La serre, avec l’aquaponie, les plantes et tout ça. -Alors, on y va?
-Ouais! Alors là on est rendu dans la serre,
puis on entend un petit bruit de fond, puis ça
c’est ton système aquaponique. -C’est ça, c’est des pompes qui circulent de l’eau 24h/24, 365 jours par année donc ceux qui sont pas habitués à voir un son d’eau
qui coule, il y en a qui aime ça, il y en a qui aime pas ça, c’est pour ça qu’on a vraiment mis la
serre dans un endroit séparé de la maison donc donc un mur mitoyen, vitré, isolé; quand on
est de l’autre côté on entend vraiment presque rien puis ici on a les pompes
qui roulent toujours, évidemment pour certains besoins on peut arrêter le
système un bout de temps, mais jamais trop longtemps parce que sinon les poissons
vont manquer de filtration; les plantes pourraient s’en accommoder, il y aurait pas de problème; les poissons eux vont manquer de filtration après
quelques heures ça va commencer à être problématique donc c’est
une importance aussi d’avoir un système comme ça qui est sur le système solaire,
avec les batteries et tout, puis on a aussi le système qui marche à l’eau de pluie pour
compenser les pertes par évaporation. -Parfait, on va aller voir ça mais avant on pourrait
couper le petit système pour une petite minute pendant qu’on enregistre?
-Ouais, je vais aller mettre l’interrupteur à off, c’est toutes des prises disjonctales vu que c’est des prises électriques qui sont proches de l’eau, s’il arrive un accident
donc le circuit peut s’arrêter pour protéger, et là ça vient pas mal plus tranquille -Ouais on l’entend se vider doucement;
mais là parfait, t’as vraiment plein de choses qui poussent, plein
de légumes puis tout… -Oui, on va se faire du pesto avec du basilic, on va cultiver des radis, surtout au
printemps et à l’automne là, ça commence à être trop chaud donc les radis montent en
graines mais bientôt on part… là on a du concombre un peu plus en arrière là… Donc dépendamment de la saison, on va cultiver en fonction de la saison, l’abondance de
lumière… Et comme on a parlé, les fenêtres sont en angle donc ça permet un
bon apport de lumière aux plantes C’est un système vraiment incroyable
c’est quand même, c’est recréer un micro-organisme comme si tu avais les plantes,
la terre, on s’entend qu’ici elle est vraiment… -Oui, c’est un substitut, on appelle ça un substrat; et là-dessus il va y avoir des bactéries, parce
que la roche est poreuse un peu, c’est plutôt, c’est inverse d’une cuvette
de toilette; une cuvette de toilette c’est lisse, les bactéries peuvent pas s’accrocher
ça c’est poreux, donc les bactéries s’accrochent là-dessus et se sont ces bactéries-là qu’on veut qu’ils vont transformer l’ammoniac en nitrite et des
nitrites en nitrates, et les nitrates vont être extraites par les plantes donc d’une
certaine manière dans un aquarium ordinaire on est obligé de changer l’eau, de remplacer l’eau parce qu’il y a une accumulation de nitrates à
cause des poissons, à cause des fiantes et des urines, mais dans ce cas-là, les plantes
vont l’extraire, les nitrates, on voit souvent ça dans des aquariums où est-ce que
c’est plein de végétaux; mais ici on en fait une nourriture donc… et on peut
même pousser ça plus loin, j’ai un vermicompost en bas ici qu’on pourra peut-être faire des images un peu plus tard, quand on a des résidus végétaux on
les met au vermicompost, les verts vont manger les résidus, et là ils vont se
développer, on va prendre les vers, on va les donner à manger aux poissons, et les poissons vont
faire pousser nos plantes, et les plantes au vermicompost et les vers aux poissons
et ça fait une économie circulaire, c’est très intéressant. -Oui, parce que pour le principes de base dans le fond, c’est vraiment… On nourrit les poissons, les poissons ont des défécations, ça c’est la
nourriture des plantes et les plantes filtrent l’eau qui retourne aux poissons, c’est une
belle boucle et là comme t’as dit, en commençant on rajoute des indésirables,
on rajoute d’autres insectes pour venir pallier la
biodiversité un peu, mais contrôlée. -Oui, exact. -Puis combien de temps par jour tu passes
à t’occuper de tes plantes? -Vraiment pas longtemps, je t’avoue. Je fais une petite routine de maintenant 5 minutes puis on passe toujours par ici pour entrer et sortir de la maison donc on sait si quelque chose ne va pas bien, on
sait s’il fait trop chaud, le bruit; on sait le le niveau de bruit, on connaît les pompes;
on finis par comprendre le système puis une fois de temps en temps surtout
aux changements de saison, il faut couper des végétaux, arracher des choses, puis
changer, semer et recommencer un peu mais c’est pas plus d’entretien qu’un
jardin en pleine terre ou un truc comme ça. -Parfait, puis réussis-tu à chaque repas à avoir
des choses que tu manges dans ton assiette avec ta famille de ton
système? -Disons qu’on fait une bonne récolte une fois par semaine …On en a eu même cet hiver Du basilic, si vous en voulez, j’en ai trop; des radis on en a eu plein là tu vois on en a laissé
pousser pour avoir des graines ça fourni peut-être un peu moins de 50% de
l’alimentation en produit frais, le reste ça se passe au jardin à l’extérieur.
-Ok parfait! Alors là on est rendu à ton bassin de poissons, la source de nutriments pour tes plantes.
-Effectivement dans mon cas c’est des tilapias du nil; Il y en a qui vont le faire avec la truite arc-en-ciel, c’est
très populaire au Québec parce que c’est indigène,
je sais que ça il y en a aussi en Europe qui le font, moi aussi j’ai choisi le
tilapia à cause de sa résistance par rapport fluctuations de température ça peut
aller 14 degrés C à 35 degrés C …Donc ça prend un poisson qui
est résistant à cette température-là la truite par exemple serait pas capable, ça mourait. Donc moi je les ai eu ils étaient bébé, ils étaient long comme ça, et là sont rendus ils font 12-13 pouces ils font
à peu près 1 livre, 1 livre et quart, donc ils seraient prêt à manger
mais c’est ces poissons-là qui fournissent les nutriments
pour les plantes donc on a une nourriture ça c’est
vraiment une nourriture commercial d’élevage …Une nourriture comme plus d’insectes, des
choses comme ça mais c’est difficile, à moins que tu commences à faire des élevages et tout ça, c’est vraiment plus difficile -Alors tu peux pas mettre tes restants de table là? -C’est pas conseillé, non… Il y en a qui pour mettre plus de minéraux, de nutriments dans le système vont faire
des thés de compost, à s’assurer que le compost est très très bien
composté avant de faire ça, puis on va prendre des filtres on va s’assurer qu’il n’y a pas de
matière en sédimentation ces choses-là, on va juste garder l’eau et là on va mettre
ça dans le système pour ajouter les micronutriments.
-Il y aurais-tu un moyen de prendre les restants de table et de les transformer pour que
les poissons puissent les manger? -Avec le vermicompostage c’est vraiment la
meilleure option. Tu vas prendre tes restants de table, tu vas les donner à ton vermicompost, et tes vers à compost, qui sont en fait en anglais c’est des red wigglers, c’est des eisenia fetida le nom latin et ces vers là, eux vont
manger les restants de table et tout ça, ils vont les digérer vraiment rapidement
ça mange jusqu’à son poids par jour un ver. Donc si t’as une livre de vers, ça mange jusqu’à une livre de matière végétale
par jour donc ça peut être suffisant pour une famille de quatre et on peut
prendre c’est vers-là en excès et les donner en nourriture aux poissons et c’est une alimentation qui est très complète, qui va se rapprocher vraiment de ce qu’ils vont trouver dans le milieu
naturel quand ils parcourent les fonds de rivière puis tout ça, ils vont manger les petits mollusques, les algues, les vers. Donc ça va se rapprocher du modèle naturel le plus possible.

6 thoughts on “Un Earthship et sa serre aquaponique au Québec [VISITE]

  1. Non mais l'aberration d'empêcher de construire avec une façade au sud sous prétexte qu'elle n'est pas "alignée avec la rue" !!?!! :-O

  2. Superbe projet,
    En France les réglementations d'urbanismes sont aussi tordues et vont malheureusement souvent à l'encontre du bon sens niveau orientation , matériaux, volumétrie etc etc etc…..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *